dimanche 24 juillet 2016

La Bigoudène



Dans l’imaginaire national, c’est la coiffe bigoudène qui symbolise aujourd’hui le costume féminin breton, oubliant ainsi qu’il se décline en une multitude de formes, de couleurs et dentelles selon les villages et les pays. Les artistes ont très souvent représenté la taille démesurée de la coiffe et le Musée départemental breton présente dans ses collections permanentes plusieurs œuvres qui honorent la fière silhouette de la Bigoudène.
Lucien Simon dans cette huile « Les apprêts du dimanche » (vers 1919), décrit le cérémonial de la pose de la coiffe dans une ferme du Pays Bigouden.

Lucien Simon © AMDB

Bernard Buffet nous offre un portrait (1950) de Bigoudène austère aux traits anguleux, allongeant le visage surmonté de la haute coiffe.

Bernard Buffet © AMDB

C’est une jeune femme pensive de Saint Guénolé qui a posé pour René Quillivic. Ce plâtre de 1944, « Bigoudène assise » met en valeur la dentelle de la coiffe.

René Quillivic © MDB

Parmi les acquisitions du Musée en 2014, ce pastel d’une femme du Pays Bigouden de John Recknagel (Brooklyn, 1870 - Fouesnant, 1940) est selon Philippe Le Stum, « à la fois un document d’une incontestable justesse d’observation, un excellent pastel… et une œuvre sensible, exemple de la manière dont un artiste extérieur à notre région a su dépasser la vision stéréotypée et désincarnée ? à laquelle tant de ses contemporains croyaient pouvoir la résumer ».

John Recknagel. Portrait de Titine Galliot.1935. © MDB

Aucun commentaire:

Publier un commentaire